Heyoka* – La Tête à l’envers

Heyoka* – La Tête à l’envers

Projet d’ivresse dansée pour six danseurs professionnels et un ensemble de musiciens et danseurs amateurs

* Clown fauteur de trouble sacré en Sioux Lakota Teton

Chorégraphie : Nathalie Pernette assistée de Regina Meier – Interprétation : Lucien Brabec, Morgane Floch, Franck Gervais, Marion Grégori, Jessie-Lou Lamy-Chappuis, Nathalie Pernette et Christelle Pinet – Création musicale : Franck Gervais  – Costumes et maquillage : Fabienne Desflèches  – Direction technique : Benoît Favereaux

Encadrement des bandes/groupes amateurs : Lucien Brabec, Florence Bruchon, France Chevassut, Fabienne Desflèches, Morgane Floch, Franck Gervais, Marion Gregori, Jessie-Lou Lamy-Chappuis, Regina Meier, Cyrielle Meza Diaz, Nathalie Pernette, Christelle Pinet

Durée : quelques heures

En germe… Premier opus d’une série de trois créations à venir, Heyoka – La Tête à l’envers est un projet de carnaval résolument musical et dansé…

Création le 13 mai 2023

« Fais ce que tu voudras », proclame le carnaval, mais son ordre est rigoureux, qu’il s’agisse de danse libératoire, de parade ou de la folle Tarentelle. Heyoka – La Tête à l’envers est la quête d’un espace d’ivresse collective… organisée !

Temps de la dérision, de l’inversion, de la révolte permise, le carnaval, dans ses formes les plus diverses et sous tous les horizons, conjure les peurs et exalte la folie humaine. Peur de la Mort, du revenant, du retour de la bête, peur du manque et d’un avenir incertain, besoin d’expulser les maux et tensions d’une année passée. Le carnaval conjugue l’expression de tous les extrêmes : le beau et le laid, le propre et le sale, l’humain et l’animal, le bestial, le monstre.

Nous ne dérogerons à aucune coutume : Heyoka – La Tête à l’envers sera un carnaval sera masqué, costumé, définitivement dansé, sur une seule et même musique, un refrain répété à l’infini, entrecoupé de poèmes scandés, de couplets dansés et de psalmodies propres à chaque groupe participant.

Et si ce projet  concerne une bande de six danseurs professionnels, il ne pourra pas se passer de la présence de nombreuses autres confréries… Avec la complicité d’un théâtre, d’une communauté de communes ou d’une ville, la compagnie Pernette viendra à la rencontre des futurs carnavaliers. Ces derniers, lors d’une préparation au long cours, trouveront leur identité de « clique » autour d’une seule thématique : l’abandon de nos peurs et des éléments malveillants qui empoisonnent nos vies ! Maquillage, coiffe, voix & chants, costumes et bien sûr chorégraphies seront travaillés et préparés par groupes pour une métamorphose totale, indispensable au carnaval.

Hypothèse de déroulement du carnaval : 

  1. Le réveil : sur une vaste place, c’est la naissance des bandes (ou des cliques), qui précède le début de la déambulation. Un premier mouvement probablement vertical et chaotique, qui voit le réveil des corps, partie par partie, la formulation des premiers souffles, des premiers sons et des premiers mots. Une bande de jeunes enfants, qui butineraient de groupe en groupe tels des feux follets, pourrait être le déclencheur de cette naissance.
  2. Le déplacement : dans les rues d’une ville ou d’un village, les différentes bandes se suivent en un cortège qui avale l’espace au travers d’un répertoire de pas, de tours, de sauts, de trajets souples ou zigzagants.
  3. L’incarnation : cette danse occupe un espace fixe, diversement vaste. L’occasion de libérer l’identité du groupe dans toute sa complexité !
  4. La sourdine : dans le même lieu, c’est un moment de danse lente, un continuum de mouvements qui cherchent dans divers chemins corporels (articulaires ou aériens) l’énergie nécessaire pour repartir de plus belle.
  5. Le chahut : toujours en fixe, il s’agira là d’un moment hirsute de danse désordonnée et de liens plus sauvages avec le public : une parenthèse de folle énergie où le tapage est permis !
  6. La contagion : sur une vaste place, une danse extrêmement simple à partager tantôt à distance, tantôt en contact avec ses voisins, permet aux carnavaliers d’inviter spectateurs et badauds et de partager l’ivresse.

Association NA / Compagnie Pernette ; Théâtre d’Auxerre – scène conventionnée ; Théâtre le Sémaphore, Port de Bouc ; Le Moulin fondu – CNAREP de Garges-lès-Gonesse, L’Atelier 231 – CNAREP Sotteville-lès-Rouen ; Le Carré – scène nationale de Château Gontier ; La Commanderie – mission danse de Saint-Quentin-en-Yvelines, Les Ateliers Frappaz – CNAREP de Villeurbanne ; CCN Malandain Ballet Biarritz

"Heyoka* - La Tête à l'envers" en images

Le spectacle en vidéo

Accéder à notre chaine Youtube

Inscription à notre newsletter