Accueil en résidence

Dans chaque domaine du projet, la compagnie Pernette accueille plusieurs compagnies en résidence de création chaque saison. Ces résidences consistent en une mise à disposition du studio et des équipements techniques, de même qu‘à la proposition d‘un hébergement et d‘une somme forfaitaire, liée aux transports et défraiements d‘équipes étrangères au territoire. Une assistance technique, administrative ou artistique peut être envisagée à la demande. La compagnie Pernette accompagne enfin la présence de certaines compagnies en répétition, en inventant des rendez-vous originaux, ouverts au public et parfois en lien avec la ville (ateliers découverte, stages, sorties de chantier et répétitions in situ…).

26 compagnies d’envergure nationale ou internationale ont été accueillies depuis le début du dispositif en 2012, trois à quatre par an en moyenne avant 2016, et 6 par an depuis l’obtention du label Ateliers de fabrique artistique. Une évolution significative qu’accompagne une reconnaissance de plus en plus forte de l’offre de résidence à Besançon par les compagnies nationales. La qualité de l’accueil, la beauté et la richesse de la ville comme des échanges avec la population contribuent à en faire un lieu et un moment recherché.

L‘ensemble des compagnies de danse, ainsi que les artistes travaillant autour du mouvement en région peuvent également utiliser ce lieu pour leur travail de création et de formation, dans la limite des disponibilités du calendrier général.

De 2012 à 2017, quinze compagnies du territoire ont répété au studio de la Friche Artistique, de manière ponctuelle ou très régulière. Les projets des compagnies régionales représentent près de 45% du temps d’occupation du studio.

Résidence compagnie Flex

La Princesse elle t’emmerde

  • Du lun. 26 févr. au mer. 07 mars 2018

La compagnie Flex créée et dirigée par Francis Albiero en 1994, développe un travail de recherche et de création autour de l’art du clown. Elle poursuit différents objectifs : création, transmission, diffusion et aussi la direction artistique de trois festivals autour du clown dans l’est (Clowns in Progress à Esch-sur-Alzette au Luxembourg, la Flex Week à Nancy et le Festival de rue de Longwy).
Le panel de création de la compagnie est très ouvert : solo (Le Fruit et 4ème Gong), duos, tours de chants, formes décalées (visites guidées, Chantiers de clowns, conférences…) avec divers collaborateurs artistiques.
Ces deux dernières années, Francis Albiero s’est immergé dans le Don Quichotte de Cervantès pour créer avec le chorégraphe Claude Magne: On a repeint Rossinante.
Cette immersion a été un déclencheur… Au delà de la puissance du roman, c’est la rencontre de Francis Albiero avec l’art de la danse qui a transformé le travail artistique de la compagnie. Dés lors, dans l’approche du clown, le corps prend une importance prépondérante.

En 2017, la rencontre avec la danseuse chorégraphe Lucile Guin a permis de pousser encore plus cette direction de recherche entre le clown et la danse. Ainsi la nouvelle création en cours dont le titre est : La Princesse elle t’emmerde,  se veut l’aboutissement d’une écriture croisée entre ces deux arts.

Résidence compagnie Oxyput

Fuel

  • Du lun. 11 au mer. 20 déc. 2017

Oxyput est une compagnie de danse urbaine contemporaine créée sur Avignon en 2012 par Marine Cheravola.
Par le biais de performances, spectacles et ateliers urbains libres ouverts à tous, Oxyput tâche d’habiter les halls de gare, les tunnels de métro, les rues piétonnes, les places publiques… de corps parlants.
Jouer avec l’étonnement, traverser la foule, investir le goudron, questionner le passant, faire circuler l’air.

Fuel
Le pogo m’a toujours fascinée et effrayée. Un soir de concert fiévreux, j’ai dépassé ma peur et foncé au coeur du tumulte. Je me suis retrouvée à vivre une expérience collective intense, éloignée de l’idée reçue qui tendrait à considérer cette danse comme un défoulement anarchique de violences combinées. À l’aube de cette nuit de rock noise, il m’est apparu que tout ceci n’était qu’un grand câlin houleux entre bipèdes consentants.

Résidence compagnie DK59

Espaces dansés

  • Du dim. 10 au ven. 15 sept. 2017

En 2000, Gilles Verièpe fonde sa compagnie à Dunkerque, implantée depuis 2016 à Gentilly en région parisienne. De création en création, au fil de riches collaborations, la compagnie DK59 s’est imposée dans le paysage de la création chorégraphique contemporaine grâce à une esthétique forte et très identifiable. Le répertoire de la compagnie se caractérise par sa cohérence en termes d’écriture chorégraphique, et par son large éventail de formats, permettant de s’adresser à des publics variés au sein de structures diverses.
Depuis sa fondation, la compagnie DK59 construit un échange artistique avec le public, basé sur le partage, aussi bien à travers ses créations que via des actions de sensibilisation à l’univers chorégraphique de la compagnie auprès de divers destinataires.

Espaces dansés

Espaces dansés veut participer au mouvement de démocratisation de la danse contemporaine et sera présenté in situ, hors plateau. Ce quatuor composé de 2 femmes et 2 hommes aura pour thème l’architecture et l’espace urbain. Gilles Verièpe veut interpeller et questionner le spectateur sur la place de l’être humain dans son environnement quotidien. Son espace quotidien qui au fil du temps s’efface et devient habituel, sera revisiter et permettra d’ouvrir le temps d’une danse une nouvelle fenêtre et ainsi observer son environnement sous un nouvel angle. Il s’agira surtout dans cette création de comprendre la dynamique et l’énergie de l’espace urbain. Le corps n’incarnera pas forcement un personnage mais une perception du temps et de l’espace ; c’est à dire qu’ il s’inscrira non pas dans le récit mais dans le mouvement du récit. Il s’agira de rechercher les modalités de ce mouvement dans le temps (mesure rythmique) et dans l’espace (mesure plastique).

Résidence compagnie Usse Inne

Pire que normal

  • Du dim. 03 au sam. 09 sept. 2017

Usse Inne est un questionnement dansé sur la capacité de l’architecture de notre humanité à rendre l’espace vivant… Qui supporte qui ? Qui encadre quoi ? Suis-je un stationnement gênant ou pratique ?

Pire que normal
Un espace se dévoile à nous et nous instaurons le dialogue entre les corps malléables et des corps figés. C’est un incessant va et vient. Chacun s’exprime, se prononce, s’articule pour trouver sa place. Les courbes se fondent et se confrontent.

 

La compagnie Pernette en images

La compagnie en vidéos

Accéder à notre chaine Youtube

Inscription à notre newsletter