Accueils en résidence

Accueils en résidence dans le cadre d’Hors-Limite(s)

Dans chaque domaine du projet, la compagnie Pernette accueille plusieurs compagnies en résidence de création chaque saison. Ces résidences consistent en une mise à disposition du studio et des équipements techniques, de même qu’à la proposition d‘un hébergement et d‘une somme forfaitaire, liée aux transports et défraiements d‘équipes étrangères au territoire. Une assistance technique, administrative ou artistique peut être envisagée à la demande. La compagnie Pernette accompagne enfin la présence de certaines compagnies en répétition, en inventant des rendez-vous originaux, ouverts au public et parfois en lien avec la ville (ateliers découverte, stages, sorties de chantier et répétitions in situ…).

Plus de 26 compagnies d’envergure nationale ou internationale ont été accueillies depuis le début du dispositif en 2012, trois à quatre par an en moyenne avant 2016, et 6 par an depuis l’obtention du label Ateliers de fabrique artistique. Une évolution significative qu’accompagne une reconnaissance de plus en plus forte de l’offre de résidence à Besançon par les compagnies nationales. La qualité de l’accueil, la beauté et la richesse de la ville comme des échanges avec la population contribuent à en faire un lieu et un moment recherché.

L’ensemble des compagnies de danse, ainsi que les artistes travaillant autour du mouvement en région utilisent également ce lieu pour leur travail de création et de formation, dans la limite des disponibilités du calendrier général.

 De 2012 à 2020, plus de dix-huit compagnies du territoire ont répété au studio de la Friche Artistique, de manière ponctuelle ou très régulière.

L’appel à résidence pour des accueils sur l’année 2021 est clos ; nous vous donnons rdv en fin d’année 2021 pour des accueils en 2022 !


 

La compagnie Pernette fait par ailleurs partie du Club des Six, réseau de soutien aux arts de la rue créé en 2016 et constitué de 6 lieux de création et de diffusion reconnus et identifiés comme étant emblématiques de ce secteur en région Bourgogne Franche-Comté :

  • L’Abattoir / Centre National des Arts de la Rue, de l’Espace Public / Chalon-sur-Saône
  • La Transverse / Scène Ouverte aux Arts Publics / Corbigny
  • Association Alarue / Nevers
  • Hors Limites – Association NA / Compagnie Pernette / Besançon
  • Le Studio des 3 Oranges porté par Le Théâtre de l’Unité / Audincourt
  • La Vache qui Rue portée par Théâtre Group’ / Moirans-en-Montagne

Le Club des Six se rassemble autour de  projets artistiques portés par des compagnies émergentes travaillant dans l’espace public afin d’en favoriser la production, la diffusion et la médiation dans une logique de coopération et par la définition d’enjeux communs. Par son action en concertation, il souhaite :

  • participer à la reconnaissance de compagnies émergentes ou sur un nouveau départ
  • valoriser la singularité de projets artistiques écrits pour l’espace public et les auteurs qui les incarnent
  • inciter les démarches innovantes permettant de nouvelles modalités de rencontres entre les actes artistiques et les publics, et prenant en compte les enjeux liés à l’espace public
  • porter une attention particulière aux projets des compagnies issues de la région Bourgogne Franche-Comté, ainsi que des jeunes équipes sorties de la FAI-AR (Formation Avancée Itinérante des Arts de la Rue)
  • favoriser les synergies entre les projets artistiques et les démarches des 6 lieux d’accueil
  • accompagner ces démarches d’écriture singulière par des accueils en résidence afin d’aboutir aux conditions favorables de développement des projets.

Une fois par an, le Club des Six se réunit en commission. Chaque membre peut alors proposer jusqu’à 3 projets artistiques qu’il souhaite voir accompagnés. Après étude, les projets sont sélectionnés à la discrétion des membres du Club des Six qui dispose chacun d’une voix par lieu d’accueil/membre du réseau. Une fois sélectionnés les projets sont mis en relation et en cohérence avec les 6 lieux du réseau pour un accueil en résidence dans deux de ces lieux. La DRAC Bourgogne Franche-Comté accompagne le processus, apporte son soutien pour la production de ces résidences et la gestion du réseau. Les projets sélectionnés et accueillis en résidence pourront être programmés sur les temps de diffusion organisés par les 6 lieux membres du réseau.


Résidence compagnie Voix

RéticulationS

La compagnie Voix est un projet international de recherche chorégraphique appliquant de nouveaux médias, dont le but est de placer le public au centre de l’expérience : elle créée des chorégraphies à partir de l’analyse des langages, pour aller au-delà des formes, et puiser dans ce qu’est la conscience. À travers cela, elle recherche la diffusion horizontale de la pratique de la danse. Fondée en 2017, elle a entamé une recherche sur les langues et les applications technologiques, avec la production de la pièce de danse et de réalité virtuelle «Eve, dance is an unplaceable place», sélectionnée dans le catalogue de l’Institut Français 2020.

RéticulationS est une performance associant la chorégraphie et l’art visuel numérique, dans une démarche à la fois esthétique et scientifique : une création artistique pour vivre des expériences expressives, et se trouver en résonance, ou en friction, avec les savoirs issus de la science. Le projet est fruit de la rencontre entre le neuroscientifique Thierry Pozzo, le psychomotricien et artiste multimédia Laurent Bonnotte et la chorégraphe Margherita Bergamo (compagnie Voix). RéticulationS interroge l’intersubjectivité dans un monde où les systèmes numériques s’interposent de plus en plus dans les relations inter-individuelles.

  • Du lun. 01 au ven. 05 févr. 2021
Résidence compagnie Kinétochore

Histoire d’une Jupe

Le kinétochore est un complexe protéique présent dans toutes nos cellules. De manière simplifiée, il fait office de gare pour nos chromosomes lors des divisions cellulaires. Il coordonne un des mouvements les plus basiques de notre corps.
Nourrie de ses rencontres artistiques et de ses expériences professionnelles, Sandrine Chapuis créé en 2020 la compagnie Kinétochore. À l’instar de sa définition scientifique, son mot lead est « mouvement » au sens large que ce soit : dans le format, dans la forme, dans le fond, dans les collaborations.

Histoire d’une Jupe
Ella construit la Chose comme elle l’entend. Elle la façonne à huis clos selon son idéal, et pourtant, elle fait le choix de ne pas la suivre. Cette pièce interpelle le spectateur sur ses rêves et leur réalisation. Principalement créée pour le jeune public, elle les invite subtilement à se questionner sur leurs envies et ce qui les limite : regard des autres, pressions sociétales, éducation, culture…
Entre chant, danse et cirque, ce duo assied une pluridisciplinarité qui soutient le propos de la pièce. Les interprètes, fortes de leurs spécialités respectives se nourrissent l’une l’autre et embarquent au passage les spectateurs dans un univers de possibles.

  • Du lun. 22 au ven. 26 févr. 2021
Résidence Micro Labo Sorcières

Miroir(s)

Le Micro Labo Sorcières est issu de la rencontre de cinq conteuses lors d’un laboratoire de recherche et de création à la Maison du Conte de Chevilly la Rue. Leur travail de recherche autour des arts de la parole et des écritures contemporaine leur a donné envie de continuer à questionner leur pratique au regard de la transversalité des approches artistiques.

Miroir(s)
Regards croisés sur la différence, le rejet, l’autre miroir de nos peurs et de nos angoisses, rapport de domination lié à l’enfermement (dans une cage ? Dans une case ?), interstices des bascules, de ce moment de métamorphoses où je deviens figure de monstruosité, de folie, pour l’Autre, pour Moi. Qu’est-ce qui fait que dans le miroir de l’histoire que l’on fait de moi, je – nous perdons pied ? Ou presque ? Ou pas ?

  • Du mar. 23 au ven. 26 mars 2021
Résidence Cécile Rutten

Murmures Club

Après une formation en danse contemporaine et en théâtre à Angers, Cécile intègre le conservatoire d’art dramatique de Lille et suit en parallèle une licence en arts de la scène. Elle se consacre également à l’enseignement du théâtre auprès d’enfants et d’adolescents et commence à travailler avec la compagnie pluridisciplinaire Hej Hej Tak (Lille). Elle intègre ensuite l’école de théâtre de mouvement Lassaâd à Bruxelles (pédagogie Lecoq). Elle poursuit sa formation par un parcours d’apprentissage autours des arts de la narration au sein de WhyStories sous la direction de Luca Giacomoni. En février 2018 elle rencontre Johan Swartvagher avec qui elle commence un compagnonnage et a l’occasion de travailler avec le collectif Martine à la Plage en tant que regard extérieur. En tant que comédienne Cécile a travaillé aussi avec le GK Collective (Montreuil) et la Compagnie Fléchir le vide (Besançon).

Cécile Rutten, apprentie de la promotion Nathalie Pernette (2019-2021) est accueillie pour ce temps de recherche et d’expérimentation artistique, dans le cadre pédagogique de sa formation professionnelle à la FAI-AR.

Murmures Club cherche à faire éclater nos petites boites, frictionner nos solitudes par des capsules performatives et plastiques qui apparaissent et disparaissent de manière épisodique sur une ou plusieurs journées. Les mots sont des cris sur les murs, affichés, suspendus. Les mots muets ne sont jamais très loin du bout des doigts, du bout des corps, du bout des bouches.

  • Du lun. 05 au ven. 09 avril 2021

Résidence Muchmuche company - accueil Club des Six

Furieuse

Mathilde Roy et Paul Cretin-Sombardier se rencontrent en 2008. Un coup de foudre artistique les conduit à unir leurs sensibilités. Il/elle fondent la Muchmuche Company en 2008 à Besançon afin d’offrir un socle concret au désir qui les anime : convier le spectateur à entrer en émotion en utilisant les possibilités offertes par la pluridisciplinarité du cirque nouveau. Elle/il s’emploient à faire cohabiter leurs techniques respectives : jonglage et équilibre. La réflexion autour du mouvement, du geste et de l’expression devient le corps de leur écriture circassienne. Évoluant entre les arts du cirque, de la danse et du théâtre, Muchmuche Company continue aujourd’hui à chercher le métissage des techniques pour affirmer l’identité de son langage.

Furieuse est un projet de cirque chorégraphique. Le titre résonne avec la colère lancinante qui est la trame du spectacle. L’enjeu est de créer la montée d’un état émotionnel transgressif. Dans un crescendo simultané, parties dansées, respirations, voix et tissus imprimés amènent le chaos. Ce tourbillon crée le mouvement, élan sur lequel les corps vont s’animer. Ici, nous choisissons de poser un regard tendre sur la colère.
Ces moments où l’individu abandonne, volontairement ou non, une partie du contrôle qu’il exerce sur
lui-même, nous intéresse. Ils nous intéressent car ils nous émeuvent. Ils nous émeuvent car ils sont sincères et fragiles. La colère exprimée est à l’origine d’une agitation, donc de mouvements, de changements.
Nous considérons ici cette réaction comme opposée à l’indifférence, à la résignation, à la condescendance
qui convoquent la stagnation, l’inertie. Dire «non» résulte de la capacité à imaginer un ou plusieurs autres espaces où un «oui» est possible.

  • Du lun. 12 au ven. 16 avril 2021
Résidence compagnie Yasaman

Orchidée(s)

Yasaman est une compagnie de danse contemporaine créée à l’initiative de la danseuse chorégraphe Sarah Adjou. Elle est composée de quatre danseurs issus du hip-hop et de la danse contemporaine. La première création de Sarah est le solo Introspection en 2016. Suivent deux trios, Genèse d’Ève et Exhibition, présentés entre 2017 et 2019 lors de festivals, scènes ouvertes et concours (Sobanova, Slash, Wynkl, Togaether). En 2018, la compagnie collabore à la thèse de Xuân-Lan Bui Khac (étudiante à l’ENS en philosophie), sur l’émergence du mouvement dans le corps. Elle entre ainsi en résidence à l’École Normale Supérieure de Paris, afin de travailler l’écriture et la dramaturgie. Il en résulte Kháos : une œuvre liant les trois pièces initialement créées par Sarah.

Orchidée(s)
Xuân-Lan, dramaturge d’origine vietnamienne, analyse mon écriture chorégraphique, forgée entre l’Europe et le Moyen-Orient. Mobilisant avec subtilité des parties ciblées du corps, je travaille un mouvement ancré dans les sensations corporelles. Or, elle retrouve dans ma gestuelle des codes appartenant aux cultures qui lui sont familières et qui me sont étrangères. Cela met en lumière le caractère polysémique de la danse : elle peut être divertissante et festive, ou sacrée et rituelle, et son rôle au sein de la société varie selon le lieu et le temps. J’ai donc choisi de composer ma pièce en jouant avec les valeurs et significations que peut véhiculer un mouvement. Chaque langage corporel possède une grammaire propre aux traditions et codes sociaux qui l’ont engendré. C’est à ce carrefour que je projette la pièce Orchidée(s) : cette fleur symbolise la délicatesse féminine en Asie du Sud-Est, et la virilité masculine dans la culture gréco-latine. La pièce met ainsi en scène un univers à la fois futuriste et onirique où aucune distinction ethnique n’a survécu au métissage. Accompagnés d’une création musicale originale, un à quatre danseurs s’expriment, dialoguent et se comprennent, malgré des langages corporels divers.

  • Du lun. 19 au dim. 25 avril 2021

Résidence compagnie L'Oeil Ivre

Underground

La compagnie L’Œil Ivre a été crée en novembre 2014 par Romain Bertet, danseur et chorégraphe. Une première pièce, De là-bas, est crée en avril 2016.  Elle est co-produite par le Centre Chorégraphique National d’Orléans/J.Nadj et le théâtre de la Valette-du-Var. Elle sera par la suite présentée dans plusieurs théâtre et festivals (festival June Events, Scène nationale du Merlan, Scène nationale des Salins/Martigues…). Romain devient artiste associé au théâtre du Merlan – Scène nationale de Marseille. En novembre 2018, il crée une nouvelle pièce, ÉcouterVoir, pour 3 danseurs et un musicien. La pièce est co-produite par plusieurs théâtres et institutions, notamment le réseau Traverses qui regroupe une trentaine de théâtre de la région PACA. ÉcouterVoir tourne depuis dans différents théâtres et festivals.

Underground est une pièce chorégraphique in situ qui questionne la mémoire des lieux et ceux qui la construisent. C’est une mise à jour d’histoires enfouies, vécues ou fantasmées. La pièce se construit autour de la présence d’un danseur qui se présente seul au milieu du public. Il est là pour explorer les sous-sols et faire ressurgir les voix de ceux qui ont habité cet endroit. Pour cela, il va creuser un trou et y plonger sa tête. Puis il rebouchera le trou. Dans cette position, la tête enterrée et les pieds vers le ciel, il va se mettre à danser. Puis, venant du sol, des voix commenceront à se faire entendre. Et lui, toujours la tête plantée, va dialoguer physiquement avec elles.

  • Du lun. 24 au ven. 28 mai 2021
Résidence Hélène Rocheteau

Qarrtsiluni

Hélène Rocheteau est danseuse, performeuse, comédienne et chorégraphe. Elle est interprète depuis 2000 dans des projets en salle et pour l’espace public. Elle crée sa première pièce en 2012, Blast, duo avec le batteur et créateur sonore Jean-Baptiste Geoffroy. Ses projets sont conçus en forte interaction avec le son et la lumière, dans une recherche perceptive qui est au cœur de son travail. Explorant le rapport entre image et sensation, le corps – avec ses puissances, ses énigmes – est au centre. Elle cherche un fort rapport d’immersion pour le/la spectateur/trice. Elle initie en 2014 un triptyque autour de l’obscur, La Nuit Manquante, toujours avec J.B Geoffroy, rejoint par le créateur sonore Jérôme Vassereau sur le dernier volet créé en 2017. En 2019, le projet Qarrtsiluni, courtes formes tout terrain, se construit à travers plusieurs étapes et versions présentées au public pour un aboutissement prévu en 2021.


©Loran Chourrau

Qarrtsiluni est un projet de courts soli mettant en lien un interprète avec une figure mythologique féminine. Le premier solo interprété convoque Ishtar, dont le culte semble renvoyer à son anormalité et à la confusion qu’elle jette dans l’ordre établi, ayant un aspect carnavalesque, impliquant des personnages à la sexualité ambiguë, une inversion des valeurs. Une déesse bipolaire, paradoxale, réunissant ce qui s’oppose. Le projet a été imaginé pour être joué en salles, tant que l’obscurité et une grande proximité y sont possibles, et aussi dans toutes sortes de lieux : no man’s land, hangar désaffecté, en marge des villes, en forêt…

  • Du lun. 12 au dim. 18 juil. 2021
Résidence Petite Foule Production

Le Tir Sacré

Créée en 2017, la compagnie Petite Foule Production développe avec le même engagement un travail de création sur les sujets du quotidien et un travail de proximité avec les publics qu’elle rencontre. Les créations de Petite Foule Production tendent vers une écriture de plateau en travaillant avec des comédiens, des danseurs ou des musiciens avec une attention constante portée au dialogue entre les disciplines et leur complémentarité. La compagnie s’empare souvent de sujets de société et de témoignages réels pour développer une résonance entre création et réalité. La compagnie crée le spectacle Notre Faille, une recherche sur notre famine temporelle collective en janvier 2020 au
théâtre de Vanves (la pièce sera jouée au Théâtre d’Auxerre le 4 mai 2021). Elle créera en décembre 2021 Le Tir Sacré au Théâtre de Vanves, dans le cadre du festival Danse Dense. Ce duo autour de la musicalité du commentaire sportif, s’empare de cette parole pour parler de la passion, de l’excès, de la performance, des émotions, des défaites et de l’amour.

Le Tir Sacré est un duo qui joue avec la musicalité et les excès du commentaire sportif pour parler de la passion, de la performance poussée à l’extrême, des fortes émotions qui nous traversent face aux défaites ou encore de l’amour. À partir de réels commentaires sportifs, notre intention est de composer une partition vocale et dansée mettant en avant les aspects iconiques, sensuels, pathétiques ou encore tragiques, sur des musiques aussi variées que le le thème d’un prélude de Bach ou qu’une musique de rock. Jouer avec les mouvements et la gestuelle des sportifs. Les inspirations chorégraphiques viennent des lignes dessinées par les corps, des gestes, et des postures des sportifs, de l’impulsion électrique des corps des commentateurs, vivant une excitation extrême lorsqu’ils commentent.

  • Du lun. 25 au sam. 30 oct. 2021
Résidence compagnie Ex Novo

Lakhésis

La compagnie Ex Novo est créée par Antoine Arbeit à l’automne 2018 pour soutenir ses projets chorégraphiques. Basée en région Bourgogne Franche-Comté, Ex Novo souhaite mener une action de sensibilisation des publics à l’art contemporain en diffusant des objets de spectacle vivant et en participant au développement de la vie culturelle des territoires.
Tiré de l’expression latine signifiant « à nouveau », « de nouveau » ou encore « à zéro », Ex Novo traduit une volonté de proposer des travaux chorégraphiques actuels chargés du patrimoine culturel et artistique contemporain. Dans la lignée des pensées post-modernes et des courants de la Nouvelle danse française, Ex Novo réinterroge cet héritage en le mêlant aux intuitions et convictions personnelles et actuelles de son auteur. Les créations portées par la compagnie sont également au croisement de divers langages artistiques.

Lakhésis
Cette pièce prend racine dans les textes antiques. Lákhesis (en français : Lachésis), est la Moire qui déroule le fil du destin dans la mythologie grecque. Sa mère, Thémis, est la déesse de la justice. Nous sommes donc déjà en présence de plusieurs figures reliées à la loi. La loi parentale incarnée par la figure de la mère, la loi politique héritée de la fonction judiciaire de Thémis, et la loi naturelle représentée par le fil du destin, symbole de la vie des individus et de l’organisation du monde, portant un sous-texte plus cartésien, scientifique.
Sur l’aire de jeu prennent place trois femmes, toutes décidées à mettre en place les règles de vie du groupe qu’elles constituent. Le huis clos se forme alors : inspirées de mouvements et de clichés de la vie politique et civique de nos sociétés, elles négocient leurs places et leurs mouvements qui formeront à chaque représentation un paysage unique.
Dans un entrelacs de zones, de nombres et de consignes complexes naît une règle du jeu organisée. Ce règlement s’étoffe peu à peu et de nouvelles situations en émergent, modifiant l’histoire et les organisations spatiales, toujours dans l’optique que les trois interprètes restent satisfaites du sort qu’elles se sont choisi.
La place des corps dans l’espace de jeu, la hauteur d’un bras, la direction d’un regard, tout est sujet à un nouveau vote. En naît une danse précise et détaillée qui mène parfois à des situations cocasses, étranges ou encore grinçantes. Reprenant la définition de la loi selon Aristote, « la loi est un discours déterminé par le consentement unanime de la ville, indiquant comment il faut faire chaque chose », les interprètes s’efforcent de faire régner sur l’aire de jeu un semblant de démocratie.
Pensée pour un espace ouvert, cette pièce fera écho à la création Système, premier projet d’Ex Novo et également pièce in situ. En s’emparant de la question de la loi et s’inspirant de textes antiques, Lakhésis soulignera ainsi les relations étroites entre les notions de démocratie, de peuple et de place publique (l’agora).

  • Du jeu. 02 au lun. 06 déc. 2021

Résidence compagnie Epiderme

D.I.Y. D(u)o it yourself

La Compagnie Epiderme développe depuis 2002 des projets pluridisciplinaires où se mêlent la danse, la musique (interprétée en direct) et une approche plastique de la scénographie. Un travail qui immerge le spectateur dans des états de corps, des matières-son et des espaces sensoriels, dont résulte un univers souvent teinté d’étrangeté, d’absurde, de poésie et d’humour.

Pour Nicolas Hubert et Giulia Arduca, le D.I.Y. (Do It Yourself = faire soi-même) devient une voie d’entrée ludique dans une volonté de questionner (et détourner) en profondeur – mais sans solennité – ce qui constitue les codes, outils et objets de la scène, de la représentation, et plus spécifiquement de la danse. Ils proposent à un jeune public une vision joueuse et inventive du processus de création, en partant de ce qui est déjà présent dans l’espace de représentation, en donnant à voir les coulisses du métier, par le biais de détournements, recyclages, répétitions, variations…
D.I.Y. D(u)o it yourself s’adresse à des enfants à partir de 6 ans, et cherche à transmettre le plaisir contagieux du faire par le corps et avec le corps, d’être en recherche.

  • Du lun. 08 au dim. 14 nov. 2021

La compagnie Pernette en images

La compagnie en vidéos

Accéder à notre chaine Youtube

Inscription à notre newsletter