Le Nid

Chorégraphie : Nathalie Pernette
assistée de Regina Meier

Interprétation : Arnaud Cabias, Isabelle Celer, Laurent Falguiéras, Sébastien Laurent, Nathalie Pernette

Création lumières : Caroline Nguyen

Création costumes et accessoires : Claire Salmon Legagneur

Création musicale et bande son : Franck Gervais
assisté de Dominique Lacour

Scénographie : Daniel Pernette
assisté de Nicole Pernette

Régie son : Philippe Vincent

Régie plateau : Luc Beril


Création au théâtre de l’Espace – scène nationale de Besançon les mardi 4, mercredi 5 et jeudi 6 mars 2003


Coproduction : compagnie Pernette / association NA, le théâtre de la Ville - Paris, le théâtre de l'Espace - scène nationale de Besançon, la Coursive - Scène nationale de La Rochelle, le Centre National de la Danse, avec le soutien du Ballet Atlantique - Régine Chopinot dans le cadre de l'accueil studio, Ministère de la Culture et de la Communication, dans le cadre du programme Initiative d'artiste en danse contemporaine - Fonds pour la danse de la Fondation de France, le théâtre des Bergeries - Noisy-le-Sec, l'Agora de la danse - Montréal, le Centre Chorégraphique National de Franche-Comté à Belfort dans le cadre de l'accueil - studio / Ministère de la Culture et de la Communication.


NOTE D’INTENTION



Ce serait une fantasmagorie...

Un spectacle qui conjugue le fantastique à l'ordinaire,
frotte le morbide à l'humour.

Ce serait l'envie de réveiller certaines inquiétudes du public ; de le "provoquer" par l'action, l'environnement plastique, la lumière et le son.

Onirique et cauchemardesque...

J'ai cherché à créer des espaces où l'imaginaire du spectateur peut travailler.
Des zones d'ambiguïté, possibles sièges des troubles et des confusions.
"L'entre deux"...

Ni homme, ni animal...
Ni mécanique, ni organique...
Ni jour, ni nuit...
Ni masse, ni individu...

J'ai essayé de faire apprécier l'angoisse ; la lente montée d'une tension :
j'ai tenté l'effroi , caressé l'effet de surprise.

J'ai souhaité composer une galerie de portraits grotesques...
Animaux hybrides, poupées mutantes pris dans un lent vertige, une lente métamorphose.

Une humanité déboussolée ?


La danse

La créature m'intéresse plus que l'humain.
Métamorphoses, déformations, transformations, hybridations...
créer un bestiaire extraordinaire...
chasser le mouvement ordinaire, le "naturel" dans la vitesse, le déplacement, la posture...

"Le Nid" est né de l'envie de confronter le corps à un milieu, une "mer" de peluches et de pullovers mêlés.
Une immersion, une première respiration, une émergence...

Le nid existe bel et bien... Lieu de naissance et de passage.
Sortir, revenir, sortir, revenir, rester.
Une douceur dont les êtres s'arrachent pour prendre l'espace, découvrir, se mesurer, s'entrechoquer...
En lutte.



Evolution de l'horizontale vers la verticale, au travers d'état de corps particuliers :
corps morcelés ; corps-pâte, glaise ; corps chiffon... Effondré, amolli, la loque ; la raideur cadavérique ; la liquéfaction.


Scénographie

L'environnement plastique est important.
C'est un "bain" qui touchera danseurs et spectateurs.
Un ensemble pensé comme un organisme, entre corps et décor.
Un organisme en développement... "Invasion"... "Maladie"...
Qui peut gagner le théâtre.

Les matières de la scénographie
- Des nounours...
Des centaines. En peluche, en velours, en mousse, multicolores.
En montagne, en tas, en grappes, en familles, seuls.

- Des liens...
Un kilomètre de tuyaux en caoutchouc.
Des noeuds, des suspensions, un filet.

- Des bestioles qui se déplacent au sol.
Des bestioles qui tombent du plafond...


Musique

Une musique qui n'en finit pas de finir, ou de commencer. Spirale.
Un tissu dense, de plus en plus complexe.
Contrastes, suspens, instabilité.

Quels sont les sons de la peur ?
Souffles, battements, crissements.
Autour de la trace animale et humaine...
Autour des bruits de la guerre.

Dans la matrice. Hors de la matrice
Histoires de distances et de filtres...
Les bruits perçus de l'intérieur du corps, les bruits perçus clairement...

Mais le silence repose et le silence inquiète.


Costumes

Une mue...
Différents états, différentes morts, différentes dépouilles...
Des changements de peaux.