Le Sacre du Printemps

Chorégraphie : Nathalie Pernette et Andréas Schmid

Assistant à la mise en scène : Laurent-Julien Lefèvre

Interprètes : Nathalie Pernette et Sébastien Laurent

Musiciens de scène : Gérald Budzinski et Wandrille Decaëns

Création lumières : Caroline Nguyen

Régie plateau : Jean-Baptiste Lavaud

Durée : 35 minutes

Scénographie collective


Coproduction : association AN-NA, Centre Chorégraphique National de Franche-Comté à Belfort dans le cadre de "L'accueil-studio" / Ministère de la Culture et de la Communication.

Ce spectacle rentre dans le cadre des Créatures associées du Centre Chorégraphique National de Tours.

Grand merci à Daniel Boucon et toute l'équipe du théâtre de l'Espace - scène nationale de Besançon, à Michel Dubois au Centre Dramatique National, à la Ville de Besançon, à Odile Duboc, à Daniel Larrieu, à Jean Pascal Vendange.


SACRE_GD17.jpg --3 Kb

NOTE D’INTENTION


Il y a dix ans Andréas Schmid et Nathalie Pernette se lançaient dans la chorégraphie. Énergie rock, adhésion immédiate. Le public s'empare de leurs silhouettes de bande dessinée inscrivant une gestuelle dynamique et minutieuse. Chaque pièce - surtout des duos - s'appuie sur leur osmose dans le mouvement, leur étonnante ressemblance qu'ils se font un malin plaisir d'accentuer. Presque jumeaux, ils s'amusent beaucoup à bousculer l'image convenue du couple.

Trois ans après leur séparation, ils ont négocié un nouveau contrat artistique. Comment ? En s'attaquant à un mythe, celui du "Sacre du Printemps" d'Igor Stravinski, dans une version réduite pour piano et quatre mains. Quand on est le dos au mur, on n'a pas d'autre choix que celui de foncer. À un défi pianistique, Andréas Schmid et Nathalie Pernette opposent donc un challenge chorégraphique. Dans cette libre et folle entreprise, ils font fi du livret et de l'histoire pour écrire un scénario beaucoup plus intime.

En scène, ils répondent d'abord en exaltant leurs différences pour mieux les combiner. À chacun sa trajectoire du moment qu'une connection puisse s'établir. En quête d'un accord fut-il imparfait, notre tandem se risque à théâtraliser le lien à l'autre
Mais toujours on retrouve la même envie d'envol, le même besoin de passer au quart de tour de la brutalité à la douceur, du chaos à la forme.

Au milieu d'un cercle entouré de grains de blé, en présence des musiciens, Andréas Schmid et Nathalie Pernette mettent en scène leur rupture et leurs retrouvailles dans un rituel de passage qui prend en charge le passé. Ce Sacre du Printemps est donc une épreuve à plus d'un titre : relecture d'un mythe et transmutation d'une relation...